Conversion à l’agriculture biologique : comment s’y préparer ?

Guide pratique
Compétences

Conversion à l’agriculture biologique : comment s’y préparer ?

Vous avez le coup de cœur pour une ferme mais… elle n’est pas en bio, et la conversion vous semble un parcours long et semé d’embûches ? Pas de panique, on a débroussaillé la question

Je m'inscris pour voir le contenu

Ressource créée par notre partenaire

Pour lire la suite, créez votre compte sur La Grange

Pour télécharger le document, créez votre compte sur La Grange

Pour découvrir ce contenu, créez votre compte sur La Grange

La Grange c'est :

Une plateforme gratuite, pédagogique et accessible à tous
Tout pour mon projet d'installation, réuni au même endroit
Une communauté active pour partager, s'entraider et avancer ensemble.
Guide pratique
Compétences

Conversion à l’agriculture biologique : comment s’y préparer ?

Vous avez le coup de cœur pour une ferme mais… elle n’est pas en bio, et la conversion vous semble un parcours long et semé d’embûches ? Pas de panique, on a débroussaillé la question

Ressource créée par notre partenaire

Sommaire du guide

1. La conversion à l’agriculture biologique, comment ça se passe concrètement ?

a. Les principes de la réglementation en agriculture biologique

Le label AB (Agriculture Biologique) certifie qu’un produit d’origine animale ou végétale respecte le cahier des charges de l’agriculture biologique, et ce, de sa production à sa mise sur le marché. Cela concerne :

  • les produits agricoles non transformés comme les céréales, légumes, fruits, lait, œufs, … ;
  • les produits agricoles transformés destinés à l’alimentation humaine, tels que le pain, les fromages, les plats cuisinés ;
  • les aliments destinés aux animaux ;
  • les semences et matériels de reproduction végétative.

Ce label, normé au niveau européen, identifie les pratiques autorisées ou non par type de production. On se passera par exemple de produits de synthèse, organismes génétiquement modifiés ou encore du recours systématique aux antibiotiques dans les élevages.

La certification bio est soumise à la validation d’un organisme certificateur, et doit être reconduite chaque année, après une visite de contrôle. Payante, son prix varie entre 450 et 1 000 euros en fonction de la taille de votre exploitation et des productions à certifier.

b. Les démarches à effectuer

Avant la conversion à l’agriculture biologique :

  • Demander un devis à un ou plusieurs organismes certificateurs ;
  • se notifier auprès de l’Agence BIO pour être ajouté à l’annuaire des professionnels du bio ;
  • envoyer un courrier d’engagement à l’organisme certificateur choisi ;
  • celui-ci organise alors une première sur la ferme, pour vérifier vos documents de suivi cultural, les parcelles, les lieux de stockage et de transformation… Si vous êtes en conformité, votre date d’entrée en conversion sera celle du courrier d’engagement. Sinon, elle prendra effet lors de votre mise en conformité.

Pendant la conversion au bio :

La certification bio ne s’obtient pas en un jour. Elle nécessite une période de transition pendant laquelle vous devrez respecter le cahier des charges bio sans que vos produits ne puissent être commercialisés sous le logo AB.

La durée de la transition varie en fonction du contexte et du type de production :

  • En production végétale, compter 2 ans avec des pratiques respectant le cahier des charges avant le semis des cultures annuelles et 3 ans avant la récolte des cultures pérennes (arboriculture, viticulture…). Cette période de conversion à l’agriculture biologique est réduite si les parcelles en conversion étaient auparavant des prairies naturelles, des friches ou encore des terres non cultivées ;

Par exemple, vous achetez une ferme en grandes cultures non bio en 2022. Vous lancez la démarche de conversion en début d’année 2023, et lancez vos premiers semis dans la foulée. Ce sera votre récolte 2025 qui sera certifiée bio.

Si au contraire votre truc c’est plutôt les arbres fruitiers, la certification bio sera effective sur votre millésime 2026 avec un lancement de la démarche en 2023.

  • Pour les productions animales, compter également 2 ans si la conversion à l’agriculture biologique se fait en parallèle de la conversion des productions végétales de la ferme. Cette durée tombe à 18 mois si la conversion débute quand les animaux sont alimentés avec les fourrages et cultures produits sur la ferme en deuxième année de conversion.

Imaginons maintenant que sur la ferme céréalière dont les céréales sont bio en 2025 se trouve également un atelier poules pondeuses, nourries avec ces céréales… Si la conversion bio de l’atelier élevage commence en 2023 comme les céréales, les œufs seront également bio en 2025. En revanche, si la conversion n’est lancée que fin 2024 avec les céréales bio, les œufs seront certifiés bio mi-2027 (ce qui fait gagner six mois sur le délai).

Après la conversion AB :

Ça y est, vous avez obtenu votre certification AB ! N’oubliez pas de :

  • Adapter les étiquettes de vos produits selon la réglementation en vigueur (utilisation du logo AB, numéro de l’organisme certificateur bien visible…) ;
  • Tenir un cahier de culture ou d’élevage, pour répertorier les interventions effectuées, l’utilisation de produits et leur origine etc. ;
  • Vous soumettre chaque année à la visite de contrôle de l’organisme certificateur et payer la certification annuelle.

Et à tout moment, n’hésitez pas à demander de l’aide ! Les Chambres d’Agriculture et les Groupements des Agriculteurs Biologiques (GAB) sont à votre disposition gratuitement pour vous accompagner dans cette aventure. Demandez également un diagnostic pré-conversion auprès de votre Chambres d’Agriculture.

Pour aller plus loin :

2. Au-delà de la certification bio, un changement de système agronomique

a. La conversion à l’agriculture biologique : de nouvelles façons de faire… mieux !

Plus qu’un simple cahier des charges, la conversion bio impose bien souvent aux agriculteur.ices de revoir en profondeur leurs pratiques agronomiques. L’agriculture biologique est en effet la garantie d’une pratique agricole soucieuse des équilibres naturels et de la biodiversité, de la santé humaine et du bien-être animal. D’un point de vue agronomique, agriculture biologique rime avec :

  • recyclage des résidus et des déjections animales pour éviter le gaspillage ;
  • préservation des sols et de leur matière organique grâce à la diversité des cultures et des élevages ;
  • choix de variétés de plantes ou de races animales adaptées aux spécificités des terroirs.

Dans le cas des productions végétales par exemple, et pour compenser l’absence d’intrants de synthèse, le passage au bio s’accompagne généralement :
– d’une diversification et d’une rotation des cultures, afin de réduire les risques de contaminations ou la prolifération de ravageurs ;
– de l’augmentation de culture de légumineuses (luzerne, trèfle, fèves, …) qui fixent l’azote dans le sol, et le rendent disponible pour les cultures suivantes.

b. Penser diversification

À la ferme de Germainville, en Eure-et-Loir, c’est le pari qu’a fait Fabien Perrot au moment de la reprise de la ferme familiale (pour la 5e génération !) en 2018. Le passage en bio a fait partie d’un changement global de système de production : d’une ferme céréalière de 260 ha à une ferme céréalière… mais aussi de légumes de plein champ et d’élevage de bœufs Angus. Pour Fabien, c’est la combinaison gagnante : « l’élevage dans un système herbag​er prend tout son sens, ​car il permet de fertiliser les cultures et d’introduire de la luzerne et des prairies dans l’assolement. La mise en place de l’irrigation a été indispensable dans ce système bio : elle a permis l’arrivée de nouvelles cultures, ce qui allonge les rotations et limite beaucoup ​l’enherbement et les ravageurs (insectes et maladies). La diversification nous garantit une situation de base qui est saine. » Et les banques ont suivi, afin de soutenir les investissements liés à l’irrigation, les nouveaux équipements (semoir, bineuse à caméra, herse étrille, système de guidage…) et un bâtiment de stockage pour les céréales.

Aujourd’hui, la ferme emploie ses quatre premiers salariés et vend ses produits ​en vente directe mais aussi en coopérative et auprès d’industriels de l’agro-alimentaire. Alors, les conditions d’une conversion réussie pour Fabien ? « Bien connaître le cahier des charges bio et les dates de conversion pour prévoir son plan d’assolement et de commercialisation sur cinq ans, et anticiper le besoin en trésorerie pour les deux années ​de transition. »

Les angus de la Ferme de Germainville

Ce guide a été écrit par

Philippine de la Fayolle
Rédactrice et fraîchement reconvertie en agriculture
🚨 Spécial Salon de l'Agriculture
FEVE lance un appel à projets pour financer votre ferme !
FEVE achète la ferme grâce à l'argent collecté auprès de citoyens et vous la met à disposition via un bail rural en location avec option d'achat !
Je candidate