Créer un verger maraîcher

Guide à lire

Créer un verger maraîcher

Quels sont ces avantages ? Quels sont les inconvénients ? Comment créer votre propre verger maraîcher ? On vous explique tout dans ce guide !

Je m'inscris pour voir le contenu

Ressource créée par notre partenaire

Pour lire la suite, créez votre compte sur La Grange

Pour télécharger le document, créez votre compte sur La Grange

Pour découvrir ce contenu, créez votre compte sur La Grange

La Grange c'est :

Une plateforme gratuite, pédagogique et accessible à tous
Tout pour mon projet d'installation, réuni au même endroit
Une communauté active pour partager, s'entraider et avancer ensemble.
Guide à lire

Créer un verger maraîcher

Quels sont ces avantages ? Quels sont les inconvénients ? Comment créer votre propre verger maraîcher ? On vous explique tout dans ce guide !

Ressource créée par notre partenaire

Sommaire du guide

Pourquoi créer un verger maraîcher ?

Le principe de l’agroforesterie

Un verger maraîcher est d’abord de l’agroforesterie. On plante des arbres au sein d’une parcelle agricole ayant une autre production principale. Dans le cas du verger maraîcher, les arbres sont des fruitiers et la culture principale du maraîchage.

Cette méthode de culture encore méconnue se développe de plus en plus grâce à ses nombreux avantages !

Les avantages d’un verger maraîcher

Cultiver des légumes sous des fruitiers présente de très nombreux avantages, aussi bien pour vos cultures que pour la ferme au sens large. Pour ne citer que les principaux avantages, le verger maraîcher permet :

  • une augmentation de la biodiversité qui vient se nicher dans les arbres (oiseaux, insectes, micro-organismes…)
  • des revenus supplémentaires grâce à la vente de fruits
  • un ombrage des cultures en été pour se protéger de la sécheresse
  • des apports massifs de matière organique grâce aux feuilles mortes et aux racines
  • une meilleure infiltration de l’eau de pluie dans le sol
  • une protection contre le vent
  • une augmentation du taux de minéraux dans le sol, extraits de la roche mère et ramenés à la surface par les racines profondes des arbres
  • une fixation des ions azotés dans le sol qui limite le lessivage grâce aux racines.

Cette association de cultures “sur deux étages” est une clé d’optimisation de votre production. Vous maximisez ainsi la captation de l’énergie solaire et produisez des fruits et légumes, créant une meilleure valeur ajoutée au m² sur votre ferme. Ce genre de projet agroforestier a aussi un fort impact positif sur l’ergonomie au travail pour le maraîcher. Travailler à l’ombre des arbres en été est bien plus confortable qu’en plein soleil !

Enfin, il est important de préciser que la biodiversité qu’apporte un verger maraîcher ne se limite pas aux oiseaux et aux insectes qui vont nicher dans les arbres. Le plus gros apport de biodiversité se passe dans le sol ! La vie du sol est fortement stimulée par le réseau racinaire des arbres, ce qui va créer un sol vivant, fertile et résilient, capable d’apporter tous les nutriments et les minéraux dont ont besoin vos cultures légumières.

Les inconvénients d’un verger maraîcher

Bien que peu nombreux, il peut arriver que l’installation d’un verger maraîcher sur une ferme pose quelques problèmes.

On peut notamment constater :

  • une légère baisse de rendement des cultures maraîchères due à la concurrence racinaire et foliaire avec les arbres
  • une augmentation des maladies fongiques (maladies causées par un champignon parasite) sur les légumes due à une atmosphère plus humide sous les arbres
  • un arrêt de l’utilisation de tracteurs et autres engins mécanisés si l’espace entre les arbres ne le permet pas
  • un temps de travail supplémentaire à la taille et à l’entretien des arbres fruitiers
  • une surface de production de légumes légèrement réduite.

Toutefois, ces inconvénients sont généralement largement compensés par tous les bénéfices vus ci-dessus de cette association de cultures très judicieuse.

Comment créer votre verger maraîcher : mode d’emploi

Installer un projet agroforestier

Il faut savoir que pour installer un verger maraîcher, il faut tout d’abord faire un choix : allez-vous planter vos arbres sur les planches de cultures ou sur les passe-pieds entre deux planches ?

En plantant les fruitiers sur les planches, vous perdez un peu en surface de production pour les légumes, mais vous offrez un sol plus profond et un meilleur développement racinaire aux jeunes fruitiers. Par contre, il sera impossible ensuite de venir travailler votre planche avec un outil rotatif, les troncs d’arbres vous gêneront.

En plantant les fruitiers entre les planches, vous pourrez toujours utiliser des outils mécanisés sur vos planches de cultures, comme d’habitude. Par contre, les arbres seront dans vos passe-pieds, ce qui peut gêner le passage sauf si vous prévoyez un passe-pied plus large sur les lignes d’arbres.

En termes de surface, un verger maraîcher peut être planté très dense. Le plus courant est d’espacer les arbres de 10 mètres en tous sens. Il faut aussi laisser une zone non cultivée de 1 mètre de diamètre autour du tronc. Toutefois, certains maraîchers obtiennent de très bons résultats avec une densité plus élevée. C’est le cas de Jean-Michel Leguen, maraîcher bio intensif en Loire-Atlantique (retrouvez son interview en fin d’article). Il a créé un verger maraîcher en 2012, avec une densité d’arbres de 5 mètres sur le rang et 6 mètres entre deux lignes d’arbres. Malgré cette très forte densité, il n’observe aucune baisse de rendement sur ses légumes.

Par ailleurs, il faut savoir que certains fruitiers ont besoin de plus de place que d’autres, du fait de la variété ou du porte-greffe qui peut être nanifiant (rend une plante naine en “l’empêchant” de grandir), peu vigoureux, moyennement vigoureux ou très vigoureux. En prenant en compte tous ces paramètres, l’espace nécessaire entre deux arbres peut varier de 25 à 5 mètres. Si vous n’êtes pas encore expert en arboriculture, il est important de se former ou de se faire conseiller par des professionnels.

Il vous sera enfin nécessaire d’organiser vos cultures légumières pour optimiser au mieux vos surfaces, ombragées ou non. Plus elles seront proches des arbres et plus il faudra privilégier des cultures qui tolèrent un faible ensoleillement : salades, radis, fenouils, mâche… A l’inverse, plus vous serez loin des arbres plus vous pourrez mettre des légumes ayant besoin de davantage de soleil : courges, solanacées…

Combien ça coûte de créer un verger maraîcher ?

Il faut savoir que l’implantation d’arbres fruitiers n’est pas très coûteuse et peut être subventionnée. Un plant de fruitier très jeune, aussi appelé un scion, ne vous coûtera que 10 € au maximum. Il faut ajouter à cela un peu de main-d’œuvre et éventuellement des tuteurs et des manchons de protection contre les rongeurs, ce qui revient à un coût d’environ 13 € par arbre.

N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre région ou département pour savoir s’il existe des aides à l’agroforesterie. Les vergers maraîchers ne sont pas toujours considérés comme de l’agroforesterie au regard des instances administratives qui attribuent les subventions, mais certaines régions les acceptent et financent les plants, les tuteurs et le paillage pour la plantation.

Bien se former

Pour réussir l’installation d’un verger maraîcher, il est important de développer vos compétences. Un arbre ne fonctionne pas comme un légume ! C’est une plante vivace, que vous allez implanter pour 15 à 20 ans minimum. Il faut donc prendre quelques précautions lors de la plantation et savoir gérer l’entretien et la taille annuelle si vous espérez avoir de belles récoltes de fruits.

De nombreuses formations existent à ce sujet. La compétence la plus importante pour un verger maraîcher avec une production fruitière sera la taille des arbres fruitiers. C’est un aspect qui vous sera indispensable à acquérir dès la 2ᵉ année après la plantation.

Une autre compétence importante est la gestion des maladies et des ravageurs des fruitiers. En effet, ceux-ci sont plus sensibles que les cultures légumières et ont des ravageurs très spécifiques. Les connaître et savoir comment lutter contre sera un atout précieux pour la réussite de votre projet agroforestier.

Témoignage : Jean-Michel Leguen

Jean-Michel Leguen, un maraîcher agroforestier avant l’heure

Jean-Michel Leguen est maraîcher bio intensif, installé à côté de Nantes, en Loire-Atlantique, il pratique le verger maraîcher depuis plus de 10 ans, avec une réussite exceptionnelle.

“J’ai commencé à avoir l’idée de cultiver sous des arbres en 2012. J’étais alors installé en Gironde, et un très grand chêne faisait de l’ombre sur une de mes parcelles de légumes. La première année, j’ai observé ce qui se passait, et contre toute attente, je ne perdais pas de rendement sous le chêne ! Encore mieux : mes cultures étaient plus saines et tenaient plus longtemps dans la saison”.

Suite à cette expérience, Jean-Michel décide de planter des arbres fruitiers dans toutes ses parcelles. Il choisit une densité de plantation élevée en s’inspirant à la fois de l’agroforesterie et des méthodes de cultures bio intensives. Il plante un fruitier tous les 5 mètres sur la planche de légumes et laisse 6 mètres d'écart entre deux lignes d’arbres. Sur les planches où sont plantés les arbres, Jean-Michel installe des cultures légumières pérennes : artichauts, rhubarbes, aromatiques… La planche est ainsi gérée de la même manière sur toute sa longueur (irrigation…).

Pour Jean-Michel, les bénéfices de la culture en verger maraîcher sont nombreux

“J’ai observé un écart de température de 25°C au sol entre une zone ombragée par un arbre et une zone en plein soleil”. Grâce à cette différence, les cultures souffrent moins de la sécheresse, ont besoin de moins d’eau et sont moins sujettes à des maladies ou des ravageurs. “Grâce aux arbres, j’ai une excellente biodiversité fonctionnelle qui régule toutes les maladies et les ravageurs. Je n’utilise aucun traitement sur mes cultures. J’ai un confort de travail grâce à l’ombre des arbres en été, une plus-value avec la vente des fruits, un apport de matière organique avec les feuilles mortes et une meilleure infiltration de l’eau dans le sol grâce aux racines. Honnêtement, je ne vois aucun inconvénient ! Il ne faut pas avoir peur de l’arbre, c’est un véritable allié pour le maraîchage.”

Les vergers maraîchers sont sans conteste une voie d’avenir pour un maraîchage qui doit s’adapter chaque année aux dérèglements du changement climatique : sécheresses, canicules, gelées tardives… Inspirés de la nature, les vergers maraîchers se développent de plus en plus en France et dans le monde. Vous trouverez de nombreuses ressources à ce sujet pour aller plus loin.

Sources :

https://www.grab.fr/le-projet-smart/

https://www.agroforesterie.fr/verger-maraicher/

https://www.agrofile.fr/wp-content/uploads/2021/09/Fiche-technique_Vergers-maraichers_MOBIDIF.pdf

https://mycoagra.com/mais-noyer/

Ce guide a été écrit par

Leila Van Theemst
🚨 Spécial Salon de l'Agriculture
FEVE lance un appel à projets pour financer votre ferme !
FEVE achète la ferme grâce à l'argent collecté auprès de citoyens et vous la met à disposition via un bail rural en location avec option d'achat !
Je candidate